vendredi 18 mai 2018

samedi 12 mai 2018

Haïkus érotiques : atelier d'initiation



Vendredi 1er juin de 19h à 20h30
Atelier d'initiation à l'écriture du haïkus érotiques.
Au programme:
- structure de base et règles de composition d'un haïku
- lecture de haïkus traditionnels et contemporains en japonais et français
- initiation à l'écriture de haïkus érotiques

Atelier co-animé par Masumi Mizoguchi et Xavier Vasseur

Réservé aux plus de 18 ans
Tarif: 25.- chf
Inscription par e-mail uniquement : masumi.mizoguchi@gmail.com
Nombre de places limité.

Évènement Facebook

vendredi 4 mai 2018

Seijiro Murayama & Cristián Alvear en concert

Lundi 14 mai 
portes 20h30
performance 21h
entrée libre / donation


Seijiro Murayama (Japon) Caisse claire

Seijiro Murayama est un percussioniste, improvisateur et compositeur japonais actif depuis le début des années 1970.
Il fut membre du groupe de Keiji Haino, Fushitsusha et de A.N.P (Absolut Null Punkt) aux côtés de KK Null, tout en se consacrant à l'improvisation libre. En 1999, il s'installe en France pour plus d'une décennie, composant pour la danse, le théâtre, la performance et collaborant avec Lionel Marchetti, Jean-Luc Guionnet, Eric Cordier, Michel Doneda, Mattin entre autres.
L'idée principale de son travail est la relation interdisciplinaire entre la musique et d'autres arts tels que la danse, la peinture, la vidéo, la littérature ou la photo. Même si l'improvisation est au coeur de sa musique, il ne la considère pas comme son but artistique. Son approche est basée sur le lieu et l'espace, l'énergie du public et la perception du silence à différents niveaux. 

Cristián Alvear (Chili) Guitare

Cristián Alvear se consacre à l'interprétation et à l'enregistrement de musiques contemporaines et expérimentales. Il est l'organisateur du festival de musique expérimentale Relincha à Valdivia, Chili. Il conduit aussi, avec Santiago Astaburuaga, l'ensemble LOTE dont le travail est basé sur l'interprétation de partitions contemporaines. Il se produit constamment au Chili ainsi qu'internationalement. Ces dernières années il se concentre sur la performance de concerts éducatifs dans les régions rurales de Los Logos au sud du Chili.

Évènement Facebook



mercredi 2 mai 2018

La Fête du Slip : expos

Comme chaque année depuis sa création en 2012, HumuS accueille
du 10 au 13 mai 2018
avec deux expos :

FEMINARUM COETUM MUSICORUM
(sounds of women)
expo photo de Trish Haulz

Les femmes dans la musique sont souvent fétichisées ou renvoyées au second plan. Suivant une vingtaine de musiciennes dans la région de Montréal, ce projet cherche à questionner ces stéréotypes et dresser un portrait plus conforme aux réalités vécues par ces femmes, dans un rapport qui s'éloigne du regard masculin. Expo visible jusqu'au 26 mai.



GIRL GANGS
expo video de Delphine Jeanneret et Cécilia Bovet

Cette exposition d'images en mouvement vous présente une sélection de films de différentes époques qui ont tous en commun d'avoir des histoires avec des meutes de nanas en furie. Or, le corps féminin est rarement montré comme violent. Alors, qu'est-ce qui motives les réalisateurs-trices? S'agit-il de misandrie, féminisme, voyeurisme fétichisant du corps féminin et de la violence? À travers ce mini-programme nou vous proposons d'explorer ce sous-genre très particulier.



Vernissages conjoints le jeudi 10 mai à 18h
ouverture exceptionnelle le dimanche 13 mai de 14h à 18h
Sinon aux heures d'ouverture de la librairie

Event Facebook

jeudi 26 avril 2018

Poésie sonore : Vincent Barras

Poï et HumuS
présentent
VINCENT BARRAS
'glossolalies'

le jeudi 3 mai à 19h30
performance / discussion / apéro
prix libre


"GLOSSOLALIE, n.f. : Phénomène extatique, constaté dans de nombreuses religions et sectes religieuses anciennes et modernes, dans lequel le sujet émet une série de sons ou de mots dont les auditeurs ne peuvent saisir le sens sans le concours d'un autre sujet possédant le don de l'interprétation.
Chez certains malades mentaux, utilisation d'une langue inventée, incompréhensible pour les autres." (Larousse)

Vincent Barras sur Wikipédia
Poï (association organisant des événements de poésie orale fondée par Alain Freudiger et Gaël Bandelier)
Event Facebook

mardi 17 avril 2018

Festival Impetus : Yann Leguay en concert

HumuS accueille un évènement de

YANN LEGUAY
discsection / cutter off

performance sonore le 28 avril 2018
portes 18h30 , performance 19h
entrée libre

L'artiste belge Yann Leguay présente une dissection sonique sous forme d'un DJ set pas comme les autres.
avec des disques vierges, le performer créée des sons et des rythmes à l'aide de cutters et autre matériel chirurgical.
Les sons naissent et meurent sous les coups de scalpel de l'artiste.


jeudi 29 mars 2018

Pâques

La librairie sera fermée 
le vendredi 30 mars pour cause de jour férié
le samedi 31 mars pour cause de jour de congé

jeudi 22 mars 2018

Taku Sugimoto & Minami Saeki en concert

Jeudi 12 avril 2018
portes 20h30, concert 21h

entrée libre / donation

Taku Sugimoto (JP) guitare, composition
Minami Saeki (JP) voix

Taku Sugimoto, guitariste, celliste, compositeur et improvisateur, est un personnage essentiel de la scène expérimentale tokyoïte. Sa musique a évolué depuis 30 ans, de la saturation improvisée à fort volume vers une approche plus minimaliste, épurée, acoustique et composée de la guitare.
Il a une soixantaine de publications à son actif, en solo ou en collaboration avec Kevin Drumm, Günter Müller, Tetuzi Akiyama, Otomo Yoshihide & Sachiko M (avec qui il est à l'origine du mouvement Onkyo), Keith Rowe, d'Incise ... pour n'en citer que quelques uns.

Minami Saeki est actrice de cinéma, chanteuse et danseuse. Elle a étudié le ballet et la musique classique ainsi que la danse contemporaine. Même si les derniers films dans lesquels elle joue sont sortis en 2016 et 2017, elle est actuellement active en tant que chanteuse dans un registre aussi bien pop qu'expérimental.

Leur duo donne l’occasion à Taku Sugimoto de renouveler son intérêt pour la composition et la mélodie tout en laissant une certaine part à l’improvisation en live.
En témoigne leur disque « Songs » qui a été enregistré en extérieur dans un parc et une rue de Tokyo.



vendredi 2 mars 2018

'Morceaux' de Sacha Després : lancement du roman, expo, lectures

La Librairie HumuS et les Éditions L'Âge d'Homme 
vous convient au lancement du deuxième roman de 

Sacha Després "Morceaux"

Le jeudi 22 mars de 18h à 20h
Lecture d'extraits dès 18h30
Exposition de peintures de l'auteure.
Entrée libre.


Sacha Després est peintre, auteure et chroniqueuse.

Synopsis du roman :

"Idé Fauve et son frère Lucius, comme les autres produits de leur espèce, sont destinés à la consommation de l’élite d’un monde post-apocalyptique.
Leurs souvenirs sont évanescents et leur avenir incertain. Un jour, pourtant, les Fauve sont affranchis.
Ensemble, ils parcourent une nouvelle route, qui rappelle celle empruntée quelques générations auparavant par le père et le fils du roman culte de Cormac McCarthy.
Un chemin balisé par les lueurs fugaces de leur mémoire. La manifestation d’une humanité fragile qui fatalement se dérobe sous la domination et la barbarie.
La menace d’effondrement d’une société incapable de se construire au-delà de l’asservissement n’a jamais été aussi tangible que dans cette dévorante tragédie. Un récit crépusculaire porté par une voix ardente qui d’un souffle poétique ronge les cœurs."

photo de l'auteure © Christine Caron


mercredi 28 février 2018

Printemps de la poésie : lecture à vue

mardi 20 mars à 19h
dans le cadre du Printemps de la Poésie
HumuS accueille :

Trois poètes et performeurs pour une soirée d’expérience langagière, avec Pierre Thoma, Heike Fiedler et Patrice Mugny.

Entre lecture et improvisation, Pierre Thoma, par ailleurs compositeur (musique électroacoustique et installations sonores), lira à vue ce que son ordinateur portable (qu’il a préalablement programmé) improvisera à partir d’un vocabulaire qu’il lui a ‘donné’ et articulé par des règles syntaxiques qu’il lui a ‘apprises’.
Heike Fiedler jongle avec les mots, avec les langues, accompagnant sa lecture de sons et d’images en miniature et en temps réel. Dépasser les marges, déborder dans l’espace. Broder la poésie, comme tisser un tapis.
Patrice Mugny présente plusieurs de ses poèmes parus dans Le Pli de l’Eléphant et La Grenouille sur son nénuphar. Parallèlement à son activité citoyenne et fidèle à ses aspirations artistiques, Patrice Mugny, qui a été comédien, pratique la musique et l’écriture. Il a ainsi publié, outre la poésie, de la prose et des textes historiques.
Entrée libre.

mardi 27 février 2018

Denis Rollet / Riccardo La Foresta en concert

Samedi 17 mars
portes 20h30 concerts 21h 
entrée libre - donation 

DENIS ROLLET (CH) solo - dispositif électroacoustique :
Les dispositifs live de Denis Rollet sont faits d’assemblages électroniques souvent faits maison et de matériel hi-fi standard, ils sont le vecteur de sa capacité à amplifier les phénomènes auditifs et de les réduire à la source même du son : la vibration dans l’air. Ses rares performances sont complexes, brutes et intenses, mais toujours centrées sur l’écoute.
Il est également le co-fondateur de la mythique Cave 12 à Genève et travaille notamment avec la chorégraphe Cindy Van Acker et le performer Yann Marussich.

http://e--e.space/

RICCARDO LA FORESTA (IT) solo - grosse caisse préparée :
Riccardo La Foresta est un batteur, percussioniste, compositeur et improvisateur dont les recherches portent sur possibilités tonales des percussions.
Il utilise, parmi différentes techniques, un instrument à vent fait maison à partir d’une cymbale, appelé Drummophone, présenté officiellement à Tempo Reale (fondé par Luciano Berio) transformant le tambour en véritable instrument à vent produisant des drones envoutants.
Il est diplômé en Jazz des conservatoires de Ferrare et Parme, membre de plusieurs formations allant du duo à l’orchestre et s’est produit dans toute l’Europe. Il a également collaboré avec Axel Dörner, Le Quan Ninh, Michel Doneda, Otomo Yoshihide, Mats Gustafsson, etc…
Il est actif dans la région de Modène en tant qu'organisateur de concerts expérimentaux et professeur de batterie.



Évènement Facebook

samedi 27 janvier 2018

Antoine Chessex en concert

samedi 24 février
Antoine Chessex (CH) : sax solo acoustique
portes 20h30, concert 21h
entrée libre / donation



Antoine Chessex est un saxophoniste, compositeur, musicien expérimental et performeur actif internationalement depuis plus de 15 ans.
Ses travaux vont de la composition pour ensembles de musique contemporaine aux performances noise solo, sax branché sur un mur d'amplis de guitare.
Entre deux, des solos acoustiques, textures micro-tonales jouées en respiration circulaire interagissant avec l'architecture du lieu où il se produit.

Atelier de Haïkus érotiques

HumuS accueillera un atelier d'initiation aux haïkus érotiques le 8 février.
L'atelier étant complet avant d'avoir pu en faire la promotion, je n'en dirai pas plus.
L'expérience sera peut-être renouvelée.


vendredi 26 janvier 2018

Ce que vous avez raté

Mes plus plates excuses aux quelques personnes qui suivent la librairie HumuS ici pour ne pas avoir annoncé les deux derniers évènements, les prochains seront annoncés sans faute.
Pour ne rien rater, n'hésitez pas à vous inscrire à la lettre d'information à l'aide du formulaire se trouvant ici ou en nous envoyant un e-mail (remplacer (at) par @)


vendredi 15 décembre 2017

Vacances d'hiver

HumuS sera fermé du 24 décembre 2017 au 8 janvier 2018 inclus.

Reprise des activités le mardi 9 janvier 2018 à 12h.

Belle fin d'année et à la prochaine !!

mercredi 8 novembre 2017

Concert : Andrea Borghi

Dernier concert de l'année :

Andrea Borghi (Italie)
dispositif électro-acoustique - disques - matériaux

samedi 18 novembre
portes 20h30, concert 21h
attention portes fermées dès le début de la performance

Andrea Borghi est un artiste sonore, compositeur de musique électroacoustique et enseignant en arts basé en Toscane.
Il expérimente à l'aide de divers matériaux en tant que générateurs de sons.
Dans sa série 'Discomateria' des surfaces telles que le plastique, le métal, le verre ou le marbre sont rendues audibles grâce à un traitement électroacoustique via une platine spécialement contruite par l'artiste lui-même.
En plus d'une oeuvre sonore, il en résulte aussi une oeuvre graphique et plastique.
https://soundcloud.com/andreaborghi

évènement Facebook

mardi 31 octobre 2017

Concert : Seijiro Murayama

Samedi 11 novembre
portes 20h30 - concert 21h

SEIJIRO MURAYAMA (Japon)
caisse claire, cymbales, voix

entrée libre, donation bienvenue
attention portes fermées dès le début de la performance


HumuS à l'honneur d'accueillir un personnage essentiel de la scène musicale 'expérimentale' japonaise.
Seijiro Murayama est un percussioniste, improvisateur et compositeur japonais actif depuis le début des années 1970.
Il fut membre du groupe de Keiji Haino, Fushitsusha et de A.N.P (Absolut Null Punkt) aux côtés de KK Null tout en se consacrant à l'improvisation libre. En 1999 il s'installe en France pour plus d'une décénie, composant pour la danse, le théâtre, la performance et collaborant avec Lionel Marchetti, Jean-Luc Guionnet, Eric Cordier, Michel Doneda, Mattin, entre autres.
L'idée principale de son travail est la relation inter-disciplinaire entre la musique et d'autres arts tels que la danse, la peinture, la video, la littérature ou la photo. Même si l'improvisation est au coeur de sa musique, il ne la considère pas comme son but artistique. Son approche est basée sur le lieu et l'espace, l'énergie du public et la perception du silence à différents niveaux.
Ce soir, selon ses propres mots, il tentera de ne pas jouer de la 'musique improvisée' (en tant que genre) mais d'improviser pour aller vers une sorte de musique à partir de sons.

jeudi 26 octobre 2017

Concert : Tetuzi Akiyama (unique concert en Suisse)

Samedi 4 novembre 

TETUZI AKIYAMA (Japon)
Guitare électrique

portes 20h30 - concert 21h
entrée libre / donation bienvenue
attention portes fermées dès le début du concert, soyez à l'heure


Tetuzi Akiyama, figure essentielle de la scène expérimentale japonaise depuis les années 80,  joue de la guitare de manière primitive et pratique, en ajoutant son propre désir de façon minimale et directe à la nature de l'instrument, le volume savamment contrôlé passant du micro au macro, de la délicatesse à l'énergie.
Ses albums solos vont du fingerpicking, slide atonal au drone expérimental bruitiste en passant par le boogie sans fin.
Il a aussi sorti des albums en collaboration avec, entre autres, Michel Henritzi, Jozef Van Wissem, Günter Müller, Jason Kahn, Oren Ambarchi, Alan Licht, Toshimaru Nakamura ....
Il est membre de Koboku Senjû, Satanic Abandoned Rock & Roll Society et Hontatedori.
Il est régulièrement invité à jouer en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, Australie et Nouvelle Zélande et en Chine ces dernières années.

 La musique de Tetuzi Akiyama est décentrée de la tradition japonaise, jouée dans l’écoute d’albums d’importation de rock psychédélique made in USA, de krautrock et de blues. Sa musique s’est formée là, non pas dans la répétition de ce qui constitue formellement ces musiques, mais à la recherche de l’esprit qui les animait. La musique de Tetuzi Akiyama creuse de façon radicale dans une vision abstraite de la musique du Deep south. Si son jeu peut s’approcher de cette musique, c’est à la manière de John Fahey, dans un jeu de déconstruction systématique et dissonant.



© Mark Rietveld

mardi 10 octobre 2017

Le LUFF L'OFF à HumuS (II)

Dans le cadre du 

Dimanche 22 octobre de 15h à 16h30

rencontre - dédicace avec

Christophe Bier
Maxime Lachaud


Ouverture exceptionnelle de 14h à 18h







Christophe Bier est l'auteur de "Obsessions" (éditions Le Dilettante), recueil regroupant 132 de ses chroniques pour l'émission de François Angelier, Mauvais Genres sur France Culture qui fête ses 20 ans et fait l'objet d'une carte blanche lors du LUFF. Il est également l'éditeur de la première et seule monographie consacrée au dessinateur Joseph Farrel ainsi que du désormais classique "Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm" communément appelé 'Le Bier'.
Erudit passionné et généreux dès qu'il s'agit de transmettre son enthousiasme c'est un plaisir de l'accueillir à HumuS dont il connait déjà bien les rayons et recoins. 

Maxime Lachaud est l'auteur du très richement illustré et documenté "Redneck Movies - Ruralité et dégénérescence dans le cinéma américain" (éditions Rouge Profond). De "Délivrance" à "Massacre à la tronçonneuse" pour ne citer que les plus connus, il décortique ce pan du cinéma US qui fait la part belle aux hillbillies et autres dégénérés consanguins . Il a, lui aussi, droit à une carte blanche lors du LUFF. 
Il est journaliste et essayiste fasciné par les arts underground et spécialiste de la culture sud-étasunienne. Fondateur du magazine musical 'Douche Froide', auteur de 'Carnets Noirs II' et 'Obskure Opus I' sur la culture néo-gothique et co-auteur de 'Reflets dans un oeil mort' sur les Mondo Movies. Il est également, depuis 2015, directeur du festival grolandais 'Fifigrot'



samedi 7 octobre 2017

Le LUFF L'OFF à HumuS (I)

Dans le cadre du Lausanne Underground Film & Music Festival 
et de l'échange initié en 2016 avec Hong Kong et le festival Kill the Silence

Persistent Shadow & All We Leave Is A Memory
deux installations de Laurent Valdès
autour de Kowloon Walled City (Hong Kong)


Entrée libre.
Vernissage le mercredi 18 octobre de 17h à 18h
Ouverture au public jeudi 19.10, vendredi 20.10 et samedi 21.10 de 12h à 19h, dimanche 22.10 de 14h à 18h
Jeudi 19.10 workshop de 11h30 à 18h Inscriptions et infos (8 personnes max)
(présentation publique à 18h)

Persistent Shadow :
©Laurent Valdès

Persistent Shadow est une installation qui explore la mémoire de la Kowloon Walled City et sa place dans l’imaginaire collectif. Elle emmène le spectateur dans une visite qui privilégie une expérience sensible, celle de l’ombre de ce quartier évoluant sur un réseau ténu d’œuvres de fictions et d’archives documentaires.
Utilisant un dispositif de réalité virtuelle, le visiteur est invité à faire sa propre expérience à travers le dédale de la cité. Proposant un décalage sensoriel, cette installation joue avec des codes venant des jeux vidéos pour offrir au visiteur la possibilté de cheminer dans la Kowloon Walled City, disparue depuis 1993.

All We Leave Is A Memory :
©Laurent Valdès
À mi-chemin entre une collection et une archive en devenir, l’installation évolue dans un réseau d’œuvres de fictions et d’objets documentaires, tous en lien avec la Kowloon Walled City, cet étrange quartier de Hong Kong disparu en 1993. Faisant sien le slogan d’une entreprise de démolition australienne, All We Leave Is A Memory est un dispositif qui, en empruntant des codes venant de la bibliothéconomie et de l’archivistique, vient questionner ce qu’il reste après la destruction de la Kowloon Walled City… des imaginaires à foison.



Deux installations, une même recherche
Persistent Shadow et All We Leave Is A Memory explorent comment la disparition physique d’un lieu peut devenir une matrice pour notre imaginaire. En 1993 disparaissait la Kowloon Walled City, une anomalie dans la trame urbaine de Hong Kong. Une ville dans la ville, avec plus de 35’000 habitants, sa centaine de petites usines et commerces familiaux cohabitant avec des bordels, des fumeries d’opium et de crack. Un lieu où le quotidien ordinaire d’une société chinoise cohabitait avec tous les vices dont les Triades chinoises sont porteuses. Dans le paysage urbain sévèrement policé de la colonie britannique de Hong Kong, existait cette petite parcelle de 2,7 hectares, un trou noir dense et surpeuplé dans le maillage de la mégapole.

Aujourd’hui, plus de vingt ans après sa complète destruction et son remplacement par un parc traditionnel chinois, la Kowloon Walled City est toujours un objet de fascination, en témoignent la profusion de livres, films, reportages, sites internet et autres blogs qui lui sont consacrés ou la citent. D’une certaine manière ce quartier continue d’exister, à travers l’abondance de travaux produits a posteriori par nombre d’architectes, sociologues, urbanistes, écrivains, artistes ou simples bloggeurs sur l’architecture et la vie de cette cité.

Ces deux installations se situent dans la continuité d’une recherche commencée par l’artiste en 2011 et qui a donné lieu à plusieurs présentations et travaux.  L’année suivante, l’artiste a réalisé deux livres publiés aux éditions A•Type, Kowloon Walled City – préalables et À force de regarder les nuages, j’ai vu la mer s’y refléter.

Par ces deux installations, Laurent Valdès continue son exploration de la mémoire de la Kowloon Walled City et de sa place dans l’imaginaire collectif.